RECONNAISANCE

Théo Ananissoh


6 000 F Cfa


Reconnaissance rassemble des chroniques et des essais que Théo Ananissoh a publiés entre 2011 et 2021 dans la revue littéraire L'Atelier du roman, en France. Dix années d'écrits réguliers tout en accomplissant ses romans. Des écrits où il lit et relie d'autres romans, anciens ou contemporains, au monde tel que nous le vivons – d'où un aspect autobiographique bien pertinent. Ananissoh traite de Chinua Achebe, de Mongo Beti ou d'Ahmadou Kourouma, mais aussi de Charles Dickens, d'Ernest Hemingway, de Karen Blixen ou encore de V. S. Naipaul. Autant de lecteurs, autant de romans, affirme-t-il. Le lecteur aussi accomplit l'œuvre de fiction, c'est évident. Ananissoh, ici, est pleinement lecteur ; un lecteur d'Afrique, dirions-nous, imprégné de ce continent et de son destin particulier. Sa lecture de ces écrivains d'ici et d'ailleurs enrichit notre compréhension de leurs œuvres, et nous éclaire sur nous-mêmes par rapport au monde. Au fil de ces chroniques et de ces essais, nous découvrons ou redécouvrons ainsi de fructueuses résonances chez des écrivains qui nous semblaient a priori éloignés comme André Gide, Ismaïl Kadaré, François Mauriac ou encore Leonardo Sciascia. Mine de rien, ces écrits, toujours limpides, nous donnent à voir les choses – osons-le – depuis une fenêtre qui est bien nôtre. Il n'est pas si fréquent qu'un romancier d'Afrique consacre du temps à explorer ainsi le réel par le biais de la lecture. Théo Ananissoh le fait ici avec la conviction que cela appartient à son œuvre d'écrivain.

Aucune donnée à afficher !

Théo Ananissoh, romancier et essayiste, est né en 1962 en République centrafricaine de parents togolais. Il est l'auteur d'une demi-douzaine de romans dont la plupart sont publiés aux Editions Gallimard, en France.

Aucune donnée à afficher !