Fictions africaines et écriture de démesure

Koutchoukalo TCHASSIM


7 000 F Cfa


Les fictions africaines, dans le cas de cette analyse, sont un ensemble de quelques œuvres africaines engendrées par le fait colonial, les faits sociaux d'après la colonisation ; bref la vie quotidienne des sociétés africaines. Les auteurs de ces fictions, dans leur démarche créatrice, se devaient de respecter les normes et les idéologies du centre ou de la métropole puisque c'était l'ère du conformisme adopté par certains précurseurs du roman africain tels que Félix Couchoro, Paul Hazoumé, David Ananou et bien d'autres. La notion de démesure reste intrinsèquement liée à la quête de liberté, de l'identité sinon de l'authenticité des valeurs africaines. La démesure se manifeste de diverses manières dans les fictions africaines : elle est synonyme de décentrement, à tous égards, de l'ancienne métropole qui n'est plus référentielle et dont la langue, le français hexagonal aussi rigide, ne favorise pas la traduction véritable des réalités africaines. 
A cet effet, les œuvres ne peuvent être comprises qu'à travers l'exploitation de certains outils d'analyse dont se sert le lecteur.
 

Aucune donnée à afficher !

Koutchoukalo TCHASSIM est Professeur titulaire (CAMES) et enseignant-chercheur à l'Université de Lomé. Titulaire d'un Doctorat en Lettres Modernes (Littérature africaine), elle est aussi nantie d'une Maîtrise en Sciences de l'Education. Directrice de l'Institut Confucius de l'Université de Lomé, Je ne suis pas que négatif est sa sixième œuvre après L'image nouveau dans l'œuvre romanesque de Félix Couchoro, Fictions africaines et écriture de démesure, Je suis le fils de quiconque m'aime, Les plaies, et Ma maison d'initiation.